Ramakrishna Ramakrishna Ramakrishna

 

 Le Vatican

 

L’État de la Cité du Vatican est un État indépendant, situé à Rome, de 0,44 km² et comptant 890 habitants (2000). Il a été créé le 11 février 1929 comme support du Saint-Siège (ensemble des institutions de l'Église catholique romaine), aux termes des accords du Latran signés par le Saint-Siège représenté par le cardinal Gasparri et l'Italie, représentée par Mussolini.

La langue officielle est l'italien et non le latin, langue de l'Église catholique romaine. Le français est la langue diplomatique.

 

Carte du Vatican

Histoire

Le Vatican est le reliquat des États pontificaux. En 1870, après l'évacuation des troupes françaises, Rome est rattachée au royaume d'Italie. Le Pape Pie IX refuse de perdre sa dernière possession et entre en conflit avec l'État italien jusqu'aux accords du Latran en 1929.

L'histoire du Vatican est indissociable de celle de l'Église catholique romaine.

 

Palais gouvernemental

Politique

Le pape dispose du pouvoir absolu (exécutif, législatif et judiciaire). Le pouvoir exécutif est délégué à un gouverneur nommé qui est également chargé de la représentation diplomatique. Une commission composée de cinq cardinaux exerce par délégation le pouvoir législatif. Les institutions du Vatican sont réglées par une constitution, dont la première mouture a été rédigée par Pie XI au moment des accords du Latran. Actuellement, le Vatican est régi par la loi fondamentale du 22 février 2001. Ses lois sont consignées dans les Acta Apostolicæ Sedis.

La citoyenneté vaticane n'est pas l'expression d'une appartenance nationale. Elle est liée à l'exercice de fonctions au sein du Vatican ou du Saint-Siège. Par conséquent, cette citoyenneté vient toujours s'ajouter à une nationalité d'origine. Dès que ces fonctions cessent, la citoyenneté cesse. Ainsi, un prélat de la Curie prenant des fonctions pastorales perd sa citoyenneté. Celle-ci est attribuée également au conjoint et à la famille (ascendants, descendants et collatéraux directs) des fonctionnaires du Vatican. Les garçons en perdent les bénéfices à l'âge de 25 ans et les filles, au moment de leur mariage.

C'est le Saint-Siège, ensemble des institutions de l'Église catholique romaine, et non l'État de la Cité du Vatican qui fait l'objet d'une représentation internationale. Il dispose d'un siège d'État non membre observateur à l'ONU.

Le Saint-Siège bénéficierait pour mener à bien sa politique d'un service de renseignement qui n'est pas très connu et qui ne donne pas lieu à une littérature abondante. Le sodalitum pianum aurait été fondé par Mgr Begnini qui occupait à l'époque le poste de secrétaire d'État (l'équivalent du ministère des Affaires étrangères). Pie X lui donnera une extension et une puissance redoutable dont il jouit encore. Le service doit collecter des informations sur les affaires catholiques dans le monde et surtout sur l'activité des autres États dans le monde. Ce travail est rendu possible grâce à un réseau international comprenant plusieurs centaines de personnes ecclésiastiques et laïques et à un recrutement de haut niveau (jeunes prêtres de l'université ou bien des étudiants en droit ou en histoire, etc.).

 

Place St Pierre

Géographie

Du fait de sa très faible superficie, le Vatican est le plus petit État souverain du monde.

Des églises de Rome situées hors du Vatican dépendent de celui-ci. Parmi celles-ci, on peut citer la basilique Saint-Jean du Latran et l'église Saint-Paul-hors-les-murs.

Enfin, la station d'émission de Radio Vatican située dans la banlieue de Rome ainsi que Castel Gandolfo, la résidence d'été des papes située à trente km au sud-est de Rome, relèvent également de la souveraineté du Vatican.

 

Gardes suisses

Économie

En 2002, le déficit consolidé du Vatican s'élevait à 13,5 millions d'euros pour 216 millions d'euros de recettes. Les dépenses sont principalement les salaires des 2 600 employés (dont environ 750 ecclésiastiques).

Outre les revenus touristiques, l'émission de timbres postaux et de monnaies recherchés par les collectionneurs et la vente de publications, les revenus viennent de placements mobiliers (32 millions d'euros de plus-value en 2002) et immobiliers (12,9 millions d'euros).

Un autre poste financier non négligeable est le denier de Saint-Pierre qui a avoisiné les 50 millions d'euros en 2002, même si une partie de cette somme seulement est affectée au budget du Vatican. Son origine remonte au VIIIe siècle, quand les Anglo-Saxons commencèrent à envoyer une contribution annuelle au pape. Cet usage s'étendit ensuite aux autres pays d'Europe et a été reconnu officiellement par le Pape Pie IX le 5 août 1871 dans l'encyclique  Sæpe venerabilis. Aujourd'hui encore une collecte est effectuée lors de « la journée mondiale de la charité du pape », généralement le 29 juin. Les donateurs principaux sont les diocèses des États-Unis d'Amérique, d'Allemagne et d'Italie.

Dans les années 1980 le scandale du Banco Ambrosiano a fortement ébranlé les finances du Saint-Siège. Roberto Calvi, alors directeur de cette institution bancaire, utilise l'Institut pour les œuvres de religion (organisme sous la gestion directe du pape chargé de la gestion des comptes d'ordres religieux) pour blanchir l'argent de la mafia avec la complicité de membres de la curie (en particulier Mgr Marcinkus, chargé de l'organisation des voyages du Pape). Malgré un détournement estimé à 600 millions de dollars et plusieurs assassinats de la mafia, le Vatican s'efforça d'étouffer l'affaire et de soustraire Mgr Marcinkus à la justice italienne. Ce manque de transparence sera fortement critiqué, malgré les efforts mis en place pour réformer les finances vaticanes qui utilise désormais les services de grands financiers catholiques internationaux comme Hans Tietmeyer ou Michel Camdessus.

L'État de la Cité du Vatican n'est pas membre de l'Union européenne, mais entretient des liens étroits aux travers de ses accords douaniers et monétaires avec l'Italie. Suite à une nouvelle convention monétaire entre la République italienne, au nom de la Communauté européenne, et la Cité du Vatican, cette dernière est autorisée depuis le 1er janvier à utiliser l'euro comme monnaie officielle. Le Vatican n'a pas le droit d'émettre des billets en euros, mais peut frapper des pièces en euros avec face nationale spécifique à la Cité à compter du 1er janvier 2002.

 

Démographie

À peu près la totalité des 890 citoyens du Vatican vivent à l'intérieur des murs de la cité. Les citoyens du Vatican se composent principalement de membres du clergé, incluant les hauts dignitaires, les prêtres, les nonnes, ainsi que la fameuse Garde suisse pontifical, la force militaire chargée de la protection du pape. Il y a à peu près 3 000 travailleurs étrangers, qui composent la majorité de la main d'œuvre de l'État, mais qui résident en dehors du Vatican.

 

 

Drapeau

Le drapeau du Vatican est un carré constitué de deux bandes verticales jaune (côté de la lance) et blanche. La partie blanche est frappée en son centre des clefs de Saint Pierre croisées et de la tiare pontificale.

En héraldique, les couleurs blanches et le jaunes représentent l'or et l'argent. En raison de la règle de contrariété des couleurs, elles ne sont pas habituellement placées côte à côte. Exception est faite dans ce drapeau, les deux couleurs représentant également les clefs de Saint Pierre.

 

Basilique St Pierre

Langues officielles

Les langues officielles de la Cité du Vatican sont :

·       l'allemand pour les gardes suisses;

·       l'italien pour l'État de la Cité du Vatican ;

·       le latin pour l'Église catholique romaine et le Saint-Siège;

·       le français pour la diplomatie du Saint-Siège.

 

 

La Pieta (Marie portant Jésus) de Michel Ange dans la Basilique St Pierre

 

De Wikipédia