Ramakrishna Ramakrishna Ramakrishna
 

Testament du XIIIe Dalaï-Lama

Voici le testament du Grand Treizième. Ce testament a paru comme « obscur » au moment de sa rédaction mais les avertissements s'avèrent maintenant prémonitoire, et les mises en gardes d'une redoutable clarté.

 

« Arrivé à mon âge, mieux vaudrait renoncer au pouvoir ecclésiastique et temporel pour consacrer le bref temps qui m'est encore imparti dans cette vie à la dévotion religieuse. Nombreuses sont mes vies futures, et j'aimerais pouvoir me vouer entièrement aux choses spirituelles. Jusqu'ici, j'ai accompli ma tâche au mieux de mes capacités, mais j'aurais bientôt cinquante-huit ans, il me sera alors plus difficile de continuer à mener de front mes activités religieuses et profanes, qui ne le comprendrait pas ?

Le gouvernement de l'Inde nous est proche, et il dispose d'une grande armée. Le gouvernement de la Chine a lui aussi une grande armée. En conséquence, nous devons fermement maintenir l'amitié avec les deux pays, ils sont tous deux puissants (...)

En outre, les temps sont aujourd'hui aux cinq sortes de dégénérescences dans tous les pays. La plus grave, c'est la manière de faire parmi les Rouges. Ils ne permettent pas de mener les recherches pour trouver la nouvelle incarnation du Grand Lama d'Ourga. Il se sont saisi et emparé de tous les objets sacrés des monastères. Ils ont obligé les moines à devenir soldats. Ils ont brisé la religion, de façon à ce que jusque son nom soit effacé. Avez-vous entendu toutes ces choses qui se sont passées à Ourga ? Et elles continuent.

Il se peut qu'un jour, ici, au cœur du Tibet, la religion et l'administration séculière soient attaquées simultanément de l'intérieur et de l'extérieur. A moins de sauvegarder nous-mêmes notre pays, il arrivera que les dalaï-lamas et les panchen-lamas, le père et le fils, les dépositaires de la Foi, les glorieuses Réincarnations, seront jetés à terre et leurs noms voués à l'oubli. Les communautés monastiques et le clergé verront leur propriétés détruites. Les us administratifs des Trois Grands Souverains religieux seront affaiblis. Les fonctionnaires ecclésiastiques et séculiers verront leurs domaines saisis et leurs autres bien confisqués. Ils seront eux-mêmes réduits en servitude par l'ennemi, ou contraint à l'errance comme des vagabonds. Tous les êtres vivants sombreront dans la misère et la terreur, et la nuit tombera lentement sur la souffrance du monde.

Ne soyez pas traître à la Foi ni à l'État en travaillant pour un autre pays que le vôtre. Aujourd'hui, le Tibet est heureux et connaît un certain bien-être. Le reste repose entre vos mains. Tout doit être organisé en connaissance de cause. Œuvrez en harmonie l'un avec l'autre, ne prétendez pas faire ce que vous ne pouvez pas.

Considérez ce qu'il convient de faire ou de ne pas faire, et accomplissez votre tâche sans douter, à la manière voulue par le Maître Omniscient, comme si toute chose se déroulait sous son regard. Agissez dans cet esprit, et tout ira bien (...), Ceux qui se détournent de la Loi et de la tradition pour emprunter une voie mauvaise, ceux qui ne se préoccupent que de leurs propres intérêts en aidant uniquement ceux qui leur plaisent et pas les autres, ceux qui indignes de confiance aujourd'hui et n'astreignent pas au bien, ceux-là n'atteindront pas leurs buts et seront châtiés par les Protecteurs. Réfléchissez sérieusement à ce que j'écris, rejetez irrévocablement le mal et conformez-vous au bien. »

Le testament du Grand Treizième n'est pas le seul signe prémonitoire de tourmente. Au beau milieu de la saison sèche en 1948, alors qu'il n'y a pas le moindre goutte de pluie, une gargouille d'orée du Jokhang s'obstine à un goutte-à-goutte. La nuit plusieurs semaines durant, une espèce de comète étincelle dans le ciel. Les vieux Lhasséens se souviennent avec effroi qu'en 1910, la veille d'une intervention chinoise un phénomène analogue s'était produit. Des naissances monstrueuses sont enregistrées. Pendant une nuit la chapiteau d'une antique colonne de pierre datant de l'an 763 s'abat au pied du Potala. Il ne faut pas oublier le terrible tremblement de terre qui secoua le Tibet en juin 1950. Des dizaines de villages sont engloutis, ainsi que des vallées et des montagnes sont déplacées, le Brahamapoutre et le Tsang-po ont modifé leur cours. L'impression est très forte, et est interprétée comme un très mauvais présage par les Tibétains.

 

De Tibet-info