Ramakrishna Ramakrishna Ramakrishna

 

De l'hindouisme

 

De Brahman

Parce qu'Il est impensable, Brahman est indescriptible.
On ne peut L'appeler par un nom ni en imaginer une forme.
 

Eternel, Il emplit tout.
Il n'est pas soumis aux jeux de la création
et cependant, Il est le Soi ultime de tous les êtres.
 

On Le connaît lorsque,
une fois le mental apaisé de toute ambition égoïste,
on goûte à sa paix indicible par la durée de son souvenir.


Alors celui qui vient en Brahman réalise qu'Il est sa propre conscience
et que rien n'est différent de Lui.
 

La syllabe AUM, de l'avis unanime de l'enseignement,
est le plus proche symbole de Brahman.
 

 

 

De la Mère divine

La création, l'individu que nous sommes chacun évoluant dans cette création et tout le reste,
c'est cela la Mère divine.


Bien que non différente de Brahman, c'est de par son jeu que nous L'oublions.
 

En Elle, évolue le phénomène de l'individualité et c'est d'Elle que nous vient misère et prospérité.
 

Elle est l'environnement de l'homme et de son éveil, les innombrables dieux et le brin d'herbe.
 

Par rapport à l'unicité de Brahman et à sa réalité,
Elle est, aînée des dieux, la multiplicité et l'illusion.
 

 

 

Des dieux

D'abord sont Brahma - le Créateur - (à ne pas confondre avec Brahman, l'Absolu.), Vishnou - le Conservateur -, Shiva - le Destructeur -,
 et leurs conjointes : Sarasvati, Lakshmi et Parvati (Dourga, Kali).


Comme tous les dieux hindous, ils sont adorés sous différents noms et aspects.
Viennent ensuite leurs proches, comme Ganesha.

Les devas : Indra, Agni, Sourya, les Vasous et les autres,
qui font penser aux dieux grecs et romains, symbolisent les éléments.
 

Il y a aussi les hommes déïfiés.
 

Il est naturel à l'homme de parler à un Seigneur qui puisse entendre ses prières.
Alors, l'hindou approche et adore le Suprême extérieurement ou intérieurement sous l'aspect qu'il préfère.
 

Il est dit de Vishnou qu'Il s'incarne et partage la vie humaine.
Il vient rappeler le but de la vie aux hommes sur qui Il laisse une impression
qui peut durer des siècles.
 

 

 

Des hommes

Tout ce qui évolue dans l'univers des hommes est soumis à l'enchaînement des causes.


Les êtres humains ont cependant la possibilité de se libérer de cette causalité permanente.


Lorsqu'un homme accomplit des actions dans l'intérêt de son égo,
en définitive par ignorance, il s'expose à leurs suites.


Acteur et non plus spectateur,
il croit son bonheur dans le monde extérieur et l'y recherche,
obnubilé par les désirs, nés de son propre esprit, il est alors emporté.


C'est ainsi que, parce qu'il le désire lui-même,
il demeure dans cet univers de naissances et de morts,
le tenant pour réel, rencontrant tantôt joies tantôt douleurs.


Il ne sait plus distinguer le jeu de la réalité et a oublié sa nature divine.


Aussi, bien qu'en société le chercheur de Brahman considère les êtres et tâche d'être juste,
il oublie le monde et ses événements en méditation.
 

 

 

De l'enseignement

Sat veut dire être et par suite réalité et vérité.
Chit veut dire conscience.
Ananda veut dire félicité.
Gloire à Brahman que ses connaisseurs décrivent comme Sat Chit Ananda.

Parce qu'Il est conscience,
on Le recherche en sa propre conscience, par la discrimination,
optant toujours pour ce qui est réel et rejetant le reste car Il est réalité.
 

Pour être réelle, une chose doit être éternelle et tout emplir.
Quand quelque chose est éphémère, on ne peut reposer sur elle en toute quiétude,
et de même quand elle est partielle car elle peut craindre une autre entité.
Son existence n'est pas garantie et c'est en cela qu'elle n'est pas réelle.
 

Pour cela quand on Le réalise, Lui, éternel et infini,
on repose en toute paix et on connaît la félicité.
 

Ce Brahman, cet Absolu qui trouve son but en Lui-même,
est accessible à la conscience humaine et est sa meilleure opportunité.

On peut douter de tout dans l'univers sauf de sa propre existence, aussi le yogui la tient pour réelle.
Le monde n'existe pour l'homme et n'est analysable que par sa conscience.
Comme point de référence ultime, cette conscience est ce que chacun connaît de plus réel.
Pour cela, sachant Dieu réel, le yogui Le recherche en son coeur.
 

Le chercheur de Brahman, s'étant approché d'hommes libres,
comprend rapidement que par l'expérimentation il peut obtenir la libération de son vivant.
Et bien qu'Il lui était lointain ou inconnu, auprès de ces hommes,
il se souvient que Brahman et lui n'ont jamais fait qu'un.
 

On dit souvent et partout dans le monde que Dieu est parfois connu à l'heure de la mort,
mais de part sa qualité d'Absolu, Il peut l'être à l'heure de la vie.
Peu importe le nom ou la forme en lesquels, ou la manière dont Il est invoqué,
étant le coeur de chacun, Il peut toujours guider celui qui Le cherche.


Celui qui réalise Brahman éprouve à l'égard de sa condition antérieure,
ce que ressent cet homme qui s'éveille et rêvait juste avant, croyant ses songes réels.
 

Son égo est l'ennemi de l'aspirant.
 

La plus grande chance de réussite est dans la foi.
 

Sachant tout cela, le chercheur de Brahman s'encourage et tâche d'accomplir son but par les différents yogas.
 

 

 

Des yogas

L'union dans l'action, le karma yoga

Quand un homme abandonne toute prétention égoïste
et qu'il n'accomplit que les oeuvres qui lui incombent, convenablement,
mais sans se soucier de l'avenir, et qu'il offre son travail au Seigneur,
n'ayant pas son but dans les actes mais dans son for intérieur,
il est un karma yogui.

 

 

L'union dans l'amour, le bhakti yoga

Lorsqu'un homme aime son Idéal divin,
enthousiasmé et muet devant les qualités qu'Il présente,
il chérit en lui-même son Seigneur, et désirant sa compagnie, il pense à Lui.
Il est un bhakta (bhakti yogui).

 

 

L'union par l'exercice intérieur, le raja yoga

Lorsqu'un homme consacre du temps, parce qu'il en perçoit la nécessité,
au souvenir de son Idéal divin, par la répétition intérieure de mots sacrés ou par la contemplation,
avec attention, de bon gré et régulièrement, n'allant pas à l'encontre de son intelligence,
il fait un effort de raja yoga.

 

 

L'union par l'analyse, le jnana yoga

Quand un homme réfléchit à son existence,
ayant pour but la réalité et pour guide la vérité,
et qu'il adapte son comportement aux résultats de son investigation,
il fait un effort de jnana yoga.