Ramakrishna Ramakrishna Ramakrishna

 

 La Franc Maçonnerie

 

Mythes fondateurs 

L'origine mythique de la franc-maçonnerie se situe à la construction du temple de Salomon à Jérusalem par l'architecte Hiram Abi, Maître fondateur légendaire ou symbolique des francs-maçons. Elle trouverait également des racines dans la construction des pyramides dans l'Égypte ancienne et des cathédrales.

On a prétendu que la franc-maçonnerie était un prolongement institutionnel des corporations de maçons du Moyen Âge, un descendant direct des Templiers, le Collegia romain, les Maîtres de Comacine, la Rose-Croix et autres sociétés secrètes, les descendants intellectuels de Noé… Toutes ces théories apparaissent dans divers textes, et les ouvrages cités ci-dessous ne sont que quelques exemples parmi une multitude :

A History of Freemasonry, par H.L. Haywood et James E. Craig, publié vers 1927 ;
Born in Blood par John Robinson, 1989 ;
The Holy Blood and The Holy Grail par Michael Baigent, Richard Leigh, et Henry Lincoln, 1982.
Il est probable que la franc-maçonnerie ne soit pas un prolongement des corporations médiévales de maçons, pour de nombreuses raisons bien documentées par John Robinson, dans son livre Born in Blood. Parmi ses arguments, on peut citer le fait que l'existence de la franc-maçonnerie est avérée à l'époque des corporations de maçons. De plus, les maçons vivaient près de leur lieu de travail, et n'avaient donc pas besoin de signes secrets pour se reconnaître. Enfin, les « Old Charges » des franc-maçons n'auraient pas de sens si on devait les appliquer aux corporations de maçons.

Certains soutiennent que la franc-maçonnerie existait déjà au temps du roi Athelstan d'Angleterre, c'est-à-dire à la fin du Xe siècle. Athelstan aurait été converti au christianisme à York, et y aurait publié la première charte des loges maçonniques. Mais à l'heure actuelle, cette théorie n'est pas confirmée.

Un document plus crédible, quoique non irréfutable, en faveur de l'ancienneté des origines de la maçonnerie est le manuscrit Halliwell qui aurait été rédigé vers 1390, et qui évoque certains concepts et certaines expressions que l'on retrouve dans la franc-maçonnerie. Le manuscrit fait lui-même référence à un texte plus ancien, dont il est censé être une version améliorée. D'autres manuscrits, antérieurs à 1717, élaborent des règles pour des sociétés de « Freimaurer » ou de « freemasons » : le Cooke (env. 1400), les statuts de Ratisbonne (1498), les statuts Schaw (1598), le York (1370), le Absolion (1668), le Sloane (1700)…

 

 

Tablier maçonnique

Fondation des premières loges

 La plus ancienne loge connue était celle d'Edimbourg qui fut fondée par William de Saint Clair en 1599 en Écosse. Entre 1652 et 1696, il y avait trente loges en Angleterre. Parmi ces loges, les plus importantes étaient la Aberdeen Lodge créée en 1670 et la Melrose Lodge créée en 1614. En 1701, la Loge d'Alnwich fut fondée et en 1705 la Loge de York.

En 1717, quatre loges londoniennes se réunirent et formèrent la première Grande Loge. Ce groupe sera plus tard appelé, informellement, les Modernes. Plus tard se forma une autre Grande Loge, groupe appelé informellement les Anciens. Le schisme, ainsi créé par la publication des premières constitutions, fut résolu par la réunion des deux Grandes Loges sous le nom de Grande Loge Unie d'Angleterre (United Grand Lodge of England) en 1813. La séparation avait été causée par la publication des premières constitutions et le fait qu'elles autorisaient l'initiation des non-chrétiens ; il fallut attendre 1813 où une nouvelle mouture des constitutions mit tout le monde d'accord.

La franc-maçonnerie contemporaine repose, pour la plupart des obédiences, sur les constitutions du révérend James Anderson (janvier 1723) et, pour une partie, sur celles de Lawrence Dermott (Ahiman Rezon - 1751).

Du fait que les Anciens et les Modernes ont essaimé à travers le monde entier au cours du XIXe siècle, et que beaucoup de ces loges existent encore actuellement, il existe aujourd'hui une grande variété de façons de pratiquer le Rituel. Néanmoins, la plupart des loges essaient de suivre un rite établi, tels que le York Rite (populaire aux États-Unis), ou le Canadian Rite (qui est en quelque sorte une combinaison des rites suivis par les Anciens et les Modernes).

 

 

 Rituel d'initiation


Organisation

 La franc-maçonnerie est organisée en loges, elles-même regroupées en obédiences qui sont des fédérations de loges (ou ateliers) ou de rites.

 
 
Aujourd'hui 

La franc-maçonnerie vit actuellement une crise identitaire et ne compte plus que 2 millions d'adhérents dans le monde en 2005, contre 7 millions dans les années 1950. La maçonnerie anglo-saxonne a ainsi perdu la moitié de ses effectifs inscrits et 90 % de ses effectifs réels en 25 ans. La France est comparativement l'un des pays où elle résiste le mieux ainsi que la Belgique. Dans la plupart des pays latins, c'est la franc-maçonnerie de la branche libérale (ou continentale) qui prédomine, alors que le reste du monde tend plutôt à suivre la branche anglo-saxonne. Dans certains pays, toutefois, les deux mouvements coexistent, soit dans une relation amicale de compréhension mutuelle, soit avec des rapports plus tendus.

 

Aperçu général

Lorsque le coeur et la raison ne suffisent plus à l’homme pour accepter sa condition, et s’il refuse une solution extrême, cet animal est le seul à s’être créé les structures nécessaires (religieuses ou philosophiques par exemple), mais non suffisantes, pour consentir à vivre une existence apparemment absurde. Autrement dit, en l’absence d’une foi en un principe révélé, et lorsque sa légitime absence d’espoir lui apparaît, alors sa liberté d’action prend tout sa valeur : il devient « franc ». Mais pour quoi faire ? Pour construire bien entendu ! Mais construire quoi ? Deux choses : lui-même et le monde. Mieux : lui-même dans le monde. Le Franc Macon est un libre artisan .

Or, dans ce cadre, l’homme a toujours pensé qu’en dehors des explications évidentes concernant sa condition, visibles, accessibles à tous, patentes et logiques, il devait exister des vérités, des explications cachées et seulement accessibles à des initiés, c’est à dire à des personnes bénéficiaires d‘un enseignement également "discret".

La Franc Maconnerie se définit comme une société discrète et non secrète, les Francs Macons ont ainsi une réserve et non un secret. Le "Secret Maconnique" tient peut être simplement dans le fait qu'un secret est quelque chose qui n'est pas prononçable - les mots ne peuvent parfois pas suffirent ...

C’est là, la différence entre l'exo et l'ésotérisme.

 

Franc-maçon anglais - XIXè siècle

 

La Maçonnerie se divise en deux grandes catégories, l' "anglaise" et la "continentale"

 

Pour autant, comment tenter une explication de la Franc-Maçonnerie ?

Au début opérative, puis progressivement spéculative, c’est classiquement une société initiatique traditionnelle et structurée dont le but est de faire partager à ses adeptes les outils nécessaires pour atteindre le but décrit plus haut.

 

Une société : donc un rassemblement d’hommes avec ce que cela suppose de force, d’imagination, de réflexion, de créativité, de moyens, etc. mais aussi avec les limites corollaires . Son maillon faible en est l’homme lui-même, avec ses peurs, sa faiblesse, son manque de volonté, ses désirs…
 

Une société traditionnelle : elle se réfère aux divers enseignements transmis d’âge en âge par apprentissage d’hommes jeunes auprès d’anciens. Ces derniers ne sont pas des gourous, ils ne détiennent pas une vérité. Simplement ils font partager leur expérience dans le maniement de certains outils ( l’écoute, la réflexion, le respect d’autrui par exemple).
 

Initiatique : l’adepte est mis sur un chemin. L’essentiel de l’initiation est l’aspect volontaire et personnel de sa démarche pour atteindre une vérité, qui ne sera que sa vérité. Celle-ci n’est donc pas révélée par un tiers, mais trouvée par le sujet lui-même, grâce à un travail personnel, au sein d’un groupe qui l’aide. L'initiation permet le passage symbolique des ténèbres à la lumière
 

Structurée : la Franc-Maçonnerie est physiquement représentée par des Obédiences (rassemblement de loges) au sein desquelles les membres ont en charge diverses fonctions : animation (le Vénérable par exemple), assistance (de ceux qui sont en difficulté de vie d’une façon générale),enseignement (les Surveillants), respect de la tradition (l’expert) et bien d’autres.

 

Loge maçonnique de Mozart

 

Il s’agit donc, globalement, d’acquérir et d’utiliser des outils symboliques pour s’expliquer dans le monde. C’est à dire comprendre et organiser sa relation au monde. Autrement dit, de mettre un certain ordre dans le chaos qui semble présider à l’existence. Plus pratiquement de défendre et promouvoir la liberté des individus, leur liberté dans l’accès aux moyens de vivre et donc le nécessaire et total respect de l’autre, en somme de rendre meilleurs ceux parmi les hommes qui sont de bonnes mœurs et capables de cette évolution.

Dans cette optique on comprend aisément qu’il n’y a pas une Franc-Maçonnerie, mais des Francs-Maçons ; on pourrait même prétendre qu’il existe autant de Maçonneries que de Francs-Maçons !
Chacun d’entre eux vit une démarche personnelle qui ne concerne que lui. Ceci fait référence au fameux "secret maçonnique".

 

Temple maçonnique de Mons (Belgique)

La franc-maçonnerie est très présente dans les milieux politiques belges

 

Comment en effet faire ressentir à autrui ce que l’on vit intimement dans le cadre d’une recherche visant à s’expliquer soi-même dans le monde ?
 

Comment expliquer le sens que l’on découvre et que l’on construit petit à petit, alors même que ce sens est par définition personnel ?
 

Comment transmettre les tentatives, les découvertes, les hésitations, les erreurs, les déceptions, les certitudes momentanées, les remises en question ?

Cela reviendrait à tenter d'expliquer le vécu d'une psychanalyse : on peut toujours expliquer, mais il est difficile d'en transmettre le sens…

 

Temple maçonnique de Montréal (Canada)

 

Pendant les réunions (les Tenues) les Frères partagent les résultats de leurs recherches concernant des sujets philosophiques, symboliques, sociaux, économiques, en un mot de natures aussi diverses que le phénomène humain. Les rituels suivis permettent à des gens qui sans la Franc-Maçonnerie seraient restés étrangers les uns aux autres, de trouver un "cadre" commun qui permette les échanges amicaux et fraternels. Toutefois, les débats sur ces sujets, ne doivent jamais donner lieu à un vote, ni à l'adoption de résolutions, lesquels seraient susceptibles de contraindre les opinions ou les sentiments de certains Frères. Entre les réunions le Franc-Maçon essaye de mettre en oeuvre les principes maçonniques de tolérance, d'honnêteté, de bonté, et d'ouverture qu’il a travaillé en Loge.

 

Les différentes Loges "travaillent" en respectant des règles traditionnelles héritées depuis le début du 18° siècle.

En fonction des Loges, ces Rites, étaient différents à l’origine, et se sont plus ou moins modifiés dans leur expression (les rituels) par la suite, en fonction des occurrences historiques. Ceci explique la diversité, parfois déroutante pour le profane, des Obédiences, des Loges et des Rituels.

Mais ceci n’étant que le fait de l’Histoire, il existe suffisamment de publications accessibles à tout un chacun pour s’en faire facilement une idée si on le désire. On se rendra compte facilement que, dans ce domaine comme dans d’autres, il existe des faits patents, connus, avérés.

Mais dans leur ombre on peut aussi discerner pas mal d’hypothèses, de mythes, de fantasmes et de désinformation pure ! Les Francs-Maçons eux-mêmes, et bien entendu leurs adversaires , sont dans ce domaine également responsables. Il convient donc de faire le tri, mais ceci est également une affaire personnelle…

 

Temple maçonnique de Washington (USA)

 

En tous les cas, lorsque le pèlerinage se perd dans les sentiers du fanatisme et dans (la nuit de) l’obscurantisme, s’il a perdu sa canne, ou si son compas s’affole dans la tempête, il lui faut retrouver des outils pour accomplir son voyage. S’ouvre en effet devant lui le vaste domaine de la pensée et de l’action. La Franc-Maçonnerie peut, en ce cas, l’aider à découvrir la sagesse et la force nécessaire pour trouver ce chemin et y mettre un peu de beauté.

 

Le "Grand Architecte"

Nom donné à Dieu par les Francs-maçons

 

De Esonews