Ramakrishna Ramakrishna Ramakrishna

 

 La religion antique égyptienne

 

Les origines

La période qui prend le nom d'Egypte ancienne commence vers 3100 avant J.C. et se termine vers 30 après J.C. par l'occupation du pays par les romains. Avant -3100, il n'existait pas d'écriture en Egypte, aussi on ne possède que très peu d'éléments pour décrire quelle était la religion avant cette date. Des amulettes, des scènes peintes sur des poteries, des pendentifs faits de défenses d'animaux sont autant de témoignages dont le sens est méconnu. On ne peut interpréter les rites religieux de cette époque qu'en établissant une analogie avec les rites ultérieurs qui nous sont connus.

L'ancien empire fut l'époque des bâtisseurs de pyramides dont les plus célèbres sont sur le plateau de Gizeh.

On divise habituellement l'Egypte ancienne en trois grandes périodes fastes. L'ancien empire de 2700 à 2200 avant J.C. qui est marqué par la construction des pyramides. Le moyen empire (2000 à 1800 avant J.C.) où l'Egypte étend son influence sur ses voisins et le nouvel empire (1550 à 1225 avant J.C.) où l'Egypte est la puissance principale du proche orient. Entre ses périodes fastes, on place des périodes troubles marquées par les divisions internes ou les occupations étrangères. Il est remarquable qu'une aussi longue période forme un tout assez homogène en matière de religion même si des variations rituelles et théologiques existent.
Les dieux sont représentés très souvent sous la forme d'êtres mi-homme mi-animaux. Ils symbolisent bien souvent les forces de la nature, la prospérité de l'Egypte étant très liée au soleil et à la crue annuelle du Nil. Ces forces et donc ces dieux devaient être amadoués et vénérés lors des rituels.

L'amplitude de la crue du Nil, marquant le début du calendrier formé de trois saisons de quatre mois, était surveillé grâce au nilomètre (ici celui d'Elephantine). De son importance dépendait la qualité des récoltes.

 

Les croyances

Concernant l'origine du monde, les égyptiens pensaient que l'univers originel était une masse aquatique. Une terre aurait immergé sur laquelle la vie serait apparue. Les dieux seraient issus de l'eau et de cette terre. La nature et ses caractéristiques ont donnés aux égyptiens de nombreux dieux même si ces forces naturelles ne sont pas les seules inspiratrices. Ainsi le dieu Rê ou Râ entame le matin la traversée du ciel en dominant le mal. Les animaux symbolisaient ces forces naturelles ainsi le faucon représentait le ciel et le cobra la déesse des moissons. Les divinités mi-homme mi-animaux ont une origine bien mystérieuse qui remontent sans doute à des temps anciens. Ainsi Thot le dieu à tête d'Ibis était il le dieu des scribes.

Amon est représenté avec une haute couronne de plumes. De 2000 à 1360 avant J.C., il occupe la position principale parmi les divinités.

 Ces dieux étaient souvent associés à des villes. Il s'agit probablement du résultat de la fédération d'un nombre de communautés isolées, chacune adorant son dieu qui fit ensuite le panthéon égyptien. Ainsi Amon, le dieu de la ville de Thèbes devint un dieu majeur lorsque les membres de cette communauté prirent le pouvoir. Il fut associé à Rê et devint Amon-Rê. Pour organiser un peu cet amalgame, les prêtres créèrent des familles de divinités. Il est à noter que les pharaons respectaient toujours les dieux des différentes tribus. Chaque ville était libre d'adorer son dieu local. Tous les dieux cohabitaient bien que parfois les idées qu'ils représentaient étaient contradictoires. Les égyptiens vénéraient d'autres dieux. Certains personnages s'étant distingués étaient déifiés. Pharaon était aussi considéré comme un dieu bien qu'étant mortel. Certaines espèces d'animaux étaient considérées comme sacrées. Suivant les époques, singes, crocodiles, chiens ou chats furent momifiés à grande échelle. Un animal pouvait être choisi pour représenter un dieu, il vivait alors dans un temple, objet de tous les égards et était momifié à sa mort.

Sebek, le dieu crocodile, est le seigneur des étendues d'eau.

Au XIVème siècle avant J.C. eut lieu une tentative de monothéisme. Aménophis IV mis en place le culte du dieu Aton, le disque solaire, les autres dieux étant à son service. Petit à petit, la tolérance traditionnelle disparut et seul le culte d'Aton fut permis. Le pharaon changea son nom en Akhénaton "celui qui sert Aton". D'une personnalité souvent décrite comme bizarre, ce pharaon n'imposa pas ce nouveau culte qui ne survécut guère à sa mort. L'opposition des prêtres, du clergé d'Amon en particulier, qui étaient privés d'une source importante de revenus eut tôt fait de ramener les croyances à l'ancien système.

Akhénaton avec son épouse Néfertiti et leurs filles.

 

Les cérémonies

La vie quotidienne des dieux était assez semblable à celle des humains. La matin on lui retirait sa tenue de nuit, on le lavait, on l'habillait et on lui offrait son repas. Ensuite il pouvait recevoir. Les prêtres faisaient office d'interprètes pour les décisions que le dieu était censé prendre. D'autres repas lui étaient offerts au cours de la journée et le soir venu, il regagnait sa châsse pour la nuit. Outre ces cérémonies quotidiennes, certaines fêtes faisaient l'objet d'une mise en scène grandiose comme le déplacement d'Amon de Karnak à Louxor ou celui d'Hathor de Denderah à Edfou. Ces trajets avaient lieu en bateau sur le Nil aussi le passage du dieu dans une ville donnait lieu à de grandes fêtes, même si la statue le représentant était toujours invisible à la foule. Ces déplacements avaient lieu en bateaux spéciaux et sur la terre ferme, la châsse était placée sur une barque reposant sur les épaules de porteurs.

L'allée des sphinx reliant les temples de Karnak et de Louxor.

Pharaon devait assurer lui même les fonctions de prêtre pour ces grandes cérémonies mais il est probable qu'il se faisait représenter même s'il figure toujours sur les bas relief. Si à l'origine la charge de prêtre était assurée par les notables locaux à tour de rôle, très vite la prêtrise devint affaire de professionnels, la structure du clergé à l'intérieur d'un temple étant très hiérarchisée.

Le naos était la châsse dans laquelle se trouvait les statues des dieux. Il était placé au fond du temple.

 

La vie et la mort

Tout égyptien devait vivre en conformité avec un code moral et éthique afin d'être bien considéré par ses semblables et être agréable aux dieux. Une vie bien menée favoriserait son passage dans l'au-delà. Le cœur du défunt serait pesé en présence d'Osiris, le dieu de l'au-delà et de Thot qui enregistrerait cette pesée. Si un être humain n'avait pas vécu de façon honorable, il était définitivement détruit. Mais ce jugement défavorable pouvait être influencé par des incantations adéquates pouvant laver le coupable de toute une séries de méfaits. Cette vie dans l'au-delà, imaginée comme très semblable en mieux à la vie terrestre a toujours été une croyance des égyptiens. Pharaon en mourant s'identifiait à Osiris. Ce privilège s'étendit petit à petit à toute la société. Après le décès commençait le voyage vers l'au-delà. Le mort devait posséder un papyrus comportant un ensemble d'incantations "le livre des morts" qui lui permettait de surmonter les obstacles du voyage.

Le coeur du mort est placé sur la balance par Anubis. Sur l'autre plateau se trouve Maât, la déesse de la justice et de la vérité ou la plume qui la symbolise. Les plateaux doivent s'équilibrer.

Lors de la préparation de la momie, avait lieu la cérémonie de l'ouverture de la bouche afin que le mort puisse continuer à se nourrir par la suite. Pour les égyptiens, le cadavre restait sur la terre alors que l'esprit rejoignait l'autre monde. Le corps restait une sorte d'assise pour l'esprit, il fallait donc le conserver au mieux, d'où la momification. Lorsque le corps n'était pas disponible (crémation ou disparition par exemple) une statue pouvait en faire office mais il s'agissait d'un cas particulièrement grave.

La durée de momification était en général de 70 jours, durée symbolisant le temps durant lequel l' étoile Sotis disparaissait de la voûte céleste.

 

 

 

Extraits du livre des morts
"Je n'ai pas commis de vilenies contre les hommes.
Je n'ai pas maltraité les gens.
Je n'ai pas pratiqué le mal dans la Place de Vérité et de la Justice.
Je n'ai pas connu ce qui ne doit pas l'être.
Je n'ai pas commis de péchés.
Je n'ai pas commencé chaque journée en faisant effectuer des travaux que j'aurais dû faire moi-même : ainsi mon nom ne sera pas rapproché de la fonction d'un commandant d'esclaves.
Je n'ai pas blasphémé Dieu.
Je n'ai pas appauvri l'homme pauvre.
Je n'ai pas accompli ce qui est l'abomination des dieux.
Je n'ai pas calomnié un serviteur auprès de son maître.
Je n'ai pas causé de douleur.
Je n'ai pas affamé.
Je n'ai pas fait pleurer.
Je n'ai pas tué.
Je n'ai pas ordonné de tuer.
Je n'ai affligé personne.
Je n'ai pas diminué la part des aliments offerts dans les temples.
Je n'ai pas détruit le pain des dieux.
Je n'ai pas saisi les galettes des défunts glorieux.
Je n'ai pas été l'amant d'un jeune garçon.
Je n'ai pas forniqué sur la Place Pure appartenant au dieu de ma ville.
Je n'ai rien soustrait au boisseau.
Je n'ai pas diminué (le chiffre de) l'aroure.
Je n'ai pas fraudé à propos (de la surface) des terres cultivées.
Je n'ai pas ajouté au poids de la balance.
Je n'ai pas faussé le peson de la balance.
Je n'ai pas retiré le lait de la bouche des petits enfants.
Je n'ai pas dépouillé le petit bétail de ses pâturages.
Je n'ai pas pris au filet les oiseaux dans les roselières des dieux.
Je n'ai pas pêché de poissons dans leurs marais.
Je n'ai pas repoussé l'eau en sa saison.
Je n'ai pas établi de digue sur une eau courante.
Je n'ai pas éteint un feu qui brûlait.
Je n'ai pas omis les jours destinés aux offrandes.
Je n'ai pas détourné le bétail faisant partie du cheptel divin.
Je ne me suis pas opposé à Dieu lors de ses sorties processionnelles.
Je suis pur! Je suis pur! Je suis pur! Je suis pur!"

Lors de la momification, le foie, les poumons, l'estomac et les intestins étaient retirés du corps et déposés dans quatre vases canopes.

 

 

 

Les dieux

Cosmogonie d'Héliopolis.

 

 

 Ne sont présentés que les dieux principaux.

Amon: A l'origine, il s'agit du dieu de la ville de Thèbes. Il devint dieu dynastique, tutélaire des pharaons à partir du moyen empire. Il sera identifié avec le dieu soleil Rê.

Anubis: Dieu des morts, il est le gardien des tombes et des cimetières. Il est représenté par un chien ou un chacal noir.

Aton: Dieu du disque solaire connu depuis le moyen empire. Durant une courte période, lors de la réforme Aménophis IV (Akhénaton) il fut dieu principal puis dieu unique.

Hathor représentée sous la forme d'une vache.

 

Hathor: Représenté sous la forme d'une vache ou d'une femme coiffées de cornes enserrant le disque solaire, elle est la déesse de la beauté, de la joie et de l'amour.

Horus: Fils d'Isis et d'Osiris, c'est le dieu du ciel représenté sous la forme d'un faucon.

Isis: Sœur et épouse d'Osiris, c'est la déesse des céréales et de la fécondité. C'était une des déesses les plus populaires.

Khnoum: Dieu de la haute vallée du Nil, ce dieu représenté sous la forme d'un bélier aurait créé les dieux et les hommes sur son tour de potier.

Nephtys: Sœur d'Isis et d'Osiris, sœur et épouse de Seth, elle joue un rôle secondaire lors du culte des morts.

Osiris, dieu de l'au-delà représenté avec les mains vertes comme les végétaux car c'est aussi le dieu de la végétation.

Osiris: A l'origine, c'est le dieu de la fertilité et de la végétation. Il devint dieu de l'au-delà après avoir été assassiné par son frère Seth. Ressuscité par sa sœur et épouse Isis, il conçut Horus.

Rê: Le plus célèbre des dieux égyptiens, son culte est né à Héliopolis. Il représente l'astre solaire et est le roi des dieux.

Seth: Dieu associé à la notion de mal en raison de l'assassinat de son frère Osiris. C'est le dieu de l'orage violent et méchant.

Thot note la pesée des coeurs lors du jugement des défunts.

Thot: Le dieu lunaire à forme d'Ibis ou de babouin est l'inventeur de l'écriture. Il est le patron des scribes mais aussi des sciences. Il participe à la pesée des cœurs lors du jugement des morts.

Cosmogonie d'Hermopolis.

 

Glossaire

Akhénaton faisant des offrandes de vases rituels à Aton.

Aménophis IV: Pharaon vers 1370 avant J.C., époux de la reine Néphertiti, il imposa une réforme monothéiste en faveur du dieu Aton, le disque solaire. Il prit le nom d'Akhénaton et fonda une nouvelle capitale Akhétaton aujourd'hui Tell-el-Amarna d'où le nom de période amarnienne. A sa mort, survenue dans les circonstances troubles, son fils Toutankhaton lui succéda et se détourna d'Aton pour restaurer le culte d'Amon. Il changea son nom en Toutankhamon.

Ancien empire: Cette période débute vers 2700 avant J.C. et commence avec la IIIème dynastie et le pharaon Nebka. Elle se termine avec la reine Nitokris de la VIème dynastie. C'est l'époque des bâtisseurs de pyramides.

Denderah: Temple dédié à Hathor et édifié par les derniers Ptolémées. Il fut achevé à l'époque romaine.

Horus à Edfou sous la forme d'un faucon coiffé de la double couronne d'Egypte.

Edfou: Temple commencé par Ptolémée III et achevé par Ptolémée XIII, consacré à Horus.

Karnak: Temple bâti dans la partie nord de la ville de Thèbes sur la rive droite du Nil. Il est formé de trois ensembles séparés entourés d'une enceinte (Montou, Amon et Mout).

La cour de Ramses II dans le temple d'Amon à Louxor.

 

 

Louxor: Temple bâti sur la rive gauche du Nil dans la partie sud de la ville. Il est consacré au dieu Amon. Chaque année Amon quittait le temple de Karnak pour se rendre à Louxor.

Moyen empire: Cette période commence avec la réunification de l'Egypte par Montouhotep II au milieu de la XIème dynastie vers 2000 avant J.C. Elle marque la fin des désordres de la première période intermédiaire. Elle se termine avec la reine Sébekneferourê. Commence alors la seconde période intermédiaire très sombre pour l'Egypte.

Nouvel empire: Vers 1550 avant J.C., Ahmosis le fondateur de la XVIIIème dynastie entama une période de grandeur. La règne de Ramsès III marqua la fin de cette période faste.

Pharaon: Nom donné au souverain de l'ancienne Egypte. Il était à la fois considéré comme un dieu mais en temps que prêtre il était aussi chargé des rituels.

Thèbes: Capitale de l'empire égyptien à son apogée. Dans l'ombre lors de l'ancien empire, elle passa au premier plan lors de la XIème dynastie. Elle imposa son dieu Amon à tout l'empire.

 

De AACAWEB