Ramakrishna Ramakrishna Ramakrishna

 

Le mont Athos

 La République monastique du mont Athos

 
 

La République monastique du Mont Athos est une région du nord de la Grèce, sur la péninsule du Mont Athos en Chalcidique, bénéficiant d'un statut d'autonomie. Elle réunit une vingtaine de monastères et leurs dépendances qui abritent environ 1500 moines orthodoxes. Son territoire est contigu de la municipalité grecque de Stagira-Akanthos dont elle est séparée par une cloture.

La petite bourgade de Karyès en est le centre administratif.

Elle est placée dans la juridiction conjointe du Patriarcat œcuménique de Constantinople (et non de celui de l'Église de Grèce) et du Ministère des Affaires étrangères grec.

 
 
 
 

 
Géographie du Mont Athos
 

Le Mont Athos est situe sur la péninsule orientale de la préfecture de la Chalcidique. La Chalcidique fait partie de la Macédoine qui se trouve au nord de la Grèce.

Elle s'étire comme un long doigt dans la mer Egée. Elle a approximativement 57 kilomètres de long, 7 a 10 kilomètres de large et une superficie de 389 kilometres carrés.

D'inaccessibles montagnes, des pentes très boisées qui plongent dans la mer profonde, des baies retirées, des caps rocheux, de larges anses bordées de plages de sable et des constructions des siècles antérieurs constituent un des plus beaux paysages du monde.

 

 
 

Icône de la Trinité - Monastère de Vatopedi

 

Histoire

 

Antiquité
D'anciens géographes mentionnent six villes dans la peninsule : Dion, Thyssos, Cleonae, Acrothooi, Charadrous et Olophyxos. Dans l'histoire l'Athos est mentionné pour la premiere fois en liaison avec l'expédition Perse contre la Grèce sous le commandement de Mardonius en 493 av. J.C. Contournant la péninsule à la voile, la flotte perse rencontra le mauvais temps et subit un terrible désastre. La tentative d'invasion fut ainsi annulée. Dix ans plus tard Xerxes répéta l'expédition, mais afin d'éviter une nouvelle catastrophe il creusa un canal à l'endroit le plus étroit de la peninsule.

En 368 av. J.C. la péninsule et ses six villes devinrent partie intégrante de l'état de Phillippe de Macédoine. Quelques années plus tard, son fils Alexandre le Grand devint roi de Macédoine et réunit toute la Grèce dans son empire. Il est dit qu'à cette époque un architecte, nommé Dinocrates, suggéra à Alexandre le Grand qu'il pourrait transformer la Montagne et toute la péninsule en une énorme statue représentant Alexandre le Grand tenant dans sa main une grande ville. Le chef des Grecs, modeste, repondit qu'il préferait laisser la ville en paix.

 
 

Monastère Simonpetra

 

Le Christianisme dans l'Athos
Le IVeme siècle marque la christianisation complète de la péninsule.

Le début de la vie monastique athonite coincide avec l'arrivée dans l'Athos de deux grandes personnalités. La première est Pierre d'Athos dont l'arrivée peut être placée vers la fin du VIIIeme siècle, alors que la seconde, Euthomios le Nouveau, arriva dans la Montagne aux environs de 860. Certains historiens prétendent que les moines de l'Athos participèrent au Concile organisé à l'occasion de la restauration des icônes en 843. Il est généralement accepté que le fondateur de la vie monastique organisée est Athanase l'Athonite qui en 963 créa le cenobium de la "grande Lavra" qui fut financée par l'empereur Nicephone Phocas. La réputation d'Athanase attira un grand nombre de moines qui vinrent mener une vie ascétique auprès de leur guide. Durant cette période les monastères de Xeropotamou, Vatopediou, Hagiou Pavlou, Zographou et le non-grec Iveron se développèrent.

Plus tard au debut du XIeme siècle apparaissent les monastères de Xenophontos, Esphigmenou, Docheiariou, Karakalou, Chelandariou, Stratniketa, Philotheou et Panteleimonos. Vers la fin du XIeme siècle les monastères de Kostamonitou et Koutloumousiou furent fondés. La population des moines atteignit le nombre de 7000 vers 1050.

 

L'occupation des Francs et des Turcs
Apres la dissolution de l'empire Byzantin par les Francs (européens de l'ouest) en 1205, la Montagne tombe sous le commandement du roi Franc de Thessalonique. Pendant cette periode la Montagne subit de terribles massacres, des pillages et des incendies dus au refus des moines athonites d'accepter l'Union de Lyon(s) en 1274.

Au XIVeme siècle quatre nouveaux monastères apparraissent Simonopetra, Gregoriou, Pantakratoros et Dionysiou. A cette époque Byzance rend son dernier souffle. Un nouveau pouvoir, les Turcs Ottomanq, fait son apparition. La Montagne est prise par Murat II en 1424. Immédiatement des impots locaux et la dime sont imposés aux moines, qui furent suivis plus tard par d'autres taxes et d'écrasants impots. La position économique des monastères etait tellement mauvaise que les moines ne pouvaient plus rester et la Montagne fut presque desertée. La Montagne put survivre grâce a l'aide du Patriarche Oecumenique qui offrit un support matériel et moral. Des aides économiques furent aussi fournies par les dirigeants de pays du nord, particulièrement par les principautés Transdanubiennes, mais aussi par le peuple orthodoxe.

Un nouveau désastre, le plus grand dans l'Histoire du Mont Athos, arriva durant la révolution d'Emmanuel Papas en 1822. Les forces turques assassinèrent des moines ainsi que des femmes et des enfants qui y avaient trouvé refuge, detruisirent la presse d'imprimerie qui y avait ete installée, saccagèrent tous les trésors qu'ils purent trouver et utilisèrent d'inestimables manuscripts pour faire des cartouches et du feu.

 

Libération
La Montagne retrouva la souveraineté grecque le 5 Novembre 1912. Quand elle fut liberée, 9000 a 10 000 moines y vivaient.  En 1963, le 1000eme anniversaire de la fondation par Athanase l'Athonite de la vie monastique fut celebrée. Au milieu des annees 1970 un renouveau de la Montagne est observé. De jeunes gens souvent détenteurs d'un ou plusieurs diplômes d'université arrivent au Mont Athos afin d'adopter la vie ascetique.

 

Le Mont Athos est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1988.

 
 
 
 

Crânes de moines gardés dans un monastère

 

Organisation 

 

Le statut juridique de la République monastique de l'Athos est défini par la constitution grecque de 1926. Elle bénéficie d'une autonomie interne. Un gouverneur civil nommé par l'État grec traite des questions administratives et judiciaires. Tous les moines, grecs et étrangers, ont les mêmes droits. Ceux d'origine étrangère ont droit automatiquement à la nationalité grecque. La république est dispensée d'impôts et les moines ne sont pas soumis au recensement.

Lors de l'adhésion de la Grèce à la Communauté européenne, ce statut a fait l'objet d'un article spécifique du traité d'adhésion pour indiquer que le Mont Athos garderait en Europe le statut que lui reconnaît la Grèce. En 2002, une députée européenne du PASOK, Anna Karamanou a proposé en vain une résolution au Parlement européen pour que la presqu'île soit ouverte aux femmes.

 

 
 

Monastère Xenofontos

 
 

Administration 

 

La Sacrée Communauté, qui siège à Karyès, est l'organe délibératif réunissant les vingt représentants de chacun des vingt monastères. La Sainte Épistasie en est l'organe exécutif qui compte quatre moines, à la tête duquel se trouve le Protos. Les vingt monastères sont en effet répartis en cinq groupes de quatre qui gouvernent ensemble pendant un an puis cèdent leur place au groupe suivant.

 
 

 

 
 

Monastère Zographou

 

L'Abaton

 

Autre exception de taille est la règle de l'abaton : aucune créature femelle n'y est admise (il est toutefois sous-entendu que cela ne concerne que les vertébrés, à l'exception des poules, dont les œufs frais sont nécessaires à la cuisine et la fabrication des peintures pour les icônes).

Cependant, par deux fois dans son histoire, cette règle ne fut pas appliquée pour des raisons humanitaires, des réfugiées incluant des femmes et des filles furent accueillies sur son territoire :

Après l'échec de la Révolution d'Orloff en 1770
Pendant la Guerre d'indépendance grecque en 1821
Le 13 juillet 1953, une ancienne Miss Europe 1930, Aliki Diplarakou, relata dans un article du Time magazine intitulé "The Climax of Sin", avoir fait dans les années 1930, de la contrebande sur le Mont Athos, déguisée avec des vêtements d'hommes.

 

Tout récemment :

ATHENES, 6 mars 2008 (AFP) - Le Mont Athos furieux qu'une députée grecque ait osé franchir sa frontière
 

La direction du Mont Athos, sanctuaire de l'orthodoxie interdit aux femmes, a officiellement protesté auprès du président du parlement grec après qu'une députée ait osé franchir sa frontière, a-t-on appris jeudi auprès du parti de l'élue, le Syriza.

Dans ce courrier, la direction du Mont Athos déplore le fait que cette députée ait avec d'autres femmes "violé d'une façon provocatrice "l'abaton", une règle datant de 1045 interdisant l'accès des lieux à toute femme ou "animal femelle", encore théoriquement passible de deux à douze mois de prison.

Députée du petit parti de gauche Syriza, Evangelia Amanatidou-Pashalidou, 42 ans, avait participé le 8 janvier à une manifestation d'environ 500 habitants de plusieurs villages de la région du Mont Athos pour protester contre "l'empiètement" des monastères sur des terrains publics.

Les manifestants, dont six femmes, avaient alors pénétré "à titre symbolique" de plusieurs mètres sur le territoire de cette "république monastique" au statut autonome, avant qu'un cordon policier l'empêche d'avancer.

Plusieurs mouvements féministes, en Grèce et à l'étranger, ont tenté dans le passé d'obtenir la levée de l'interdiction aux femmes d'accéder au site. En 2002 et 2003, le Parlement européen avait notamment demandé à la Grèce de revenir sur cette règle lever au nom du principe de l'égalité des sexes, en vain.

 

 
 

Monastère Stavoniketa

 

Accès

 

L'accès en est donc règlementé : la possession d'un laissez-passer (le Diamonitirion) délivré à Thessalonique par les autorités athonites (le "Bureau des Pélerins" situé au 109, rue Egnatia) et valable 4 jours, est nécessaire pour pouvoir embarquer sur les ferries à destination du Mont Athos (ce document n'est délivré qu'après l'aval de ces autorités, suite à la présentation auprès d'elles d'une lettre de motivation rédigée en grec). L'accès ne se fait que par la mer où des ferries partent du port d'Ouranopoli en Chalcidique et arrivent à celui de Dafni, puisque sur le continent une clôture sépare la partie monastique du reste de la presqu'île.

 

 
 
 

Monastère Dyonisiou

 

Langues

 

Le grec est la langue officielle de la république, qui est aussi utilisé comme langue liturgique dans les monastères grecs.

Cependant dans certains monastères d'autres langues sont aussi utilisées :

le russe à Saint Panteleimon
le serbe à Hilandar
le bulgare à Zographou
Le roumain est également utilisé dans les skites de Prodromou et Lacou, rassemblant au total 64 moines.

Le géorgien était autrefois utilisé à Iveron (le monastères des Ibères), et le latin au monastère des Amalfitains, aujourd'hui en ruine (nommé ainsi parce qu'il fut fondé par des moines orthodoxes italiens originaires d'Amalfi).

 

 
 

Monastère Panteleimon

 

Monastères 
 
Carte du Mont Athos avec ses 20 monastèresSur les 20 monastères que compte la communauté, 17 sont réservés au grecs, les 3 autres l'étant en principe pour d'autres communautés orthodoxes par nationalités :

Hilandar pour les serbes (46 moines),
Zographou pour les bulgares (15 moines),
Panteleimon pour les russes (35 moines).

 

 
 
 

Monastère Gregoriou

 

Listes des monastères dans l'ordre hiérarchique 

 

Monastère de la Grande Laure
Monastère de Vatopedi
Monastère d'Iveron
Monastère de Hilandar
Monastère de Dionysiou
Monastère de Koutloumousiou
Monastère de Pantocrator
Monastère de Xeropotamou
Monastère de Zographou
Monastère de Docheiariou
Monastère de Karakallou
Monastère de Philotheou
Monastère de Simonopetra
Monastère d'Aghiou Pavlou
Monastère de Stavroniketa
Monastère de Xenofontos
Monastère de Gregoriou
Monastère d'Esphigmenou
Monastère de Panteleimon
Monastère de Konstamonitou

 

Ancien monastère :

Monastère des Amalfitains de l'Athos

 

 
 
 

Monastère Docheiariou

 

Les principales skites

 

Une skite est à un groupe d'ermites vivant en retrait sous l'autorité d'un monastère principal, en adoptant sa règle monastique. Ceci leurs permettent de pouvoir méditer dans la solitude tout en étant soutenus dans leurs besoins matériels et spirituels. Le terme est utilisé en grec pour désigner les ascètes.

Une Skite est constitué généralement d'un lieu commun d'adoration (une église ou une chapelle), avec des ermitages individuels, ou des petites maisons pour un petit nombre de moines ou des nonnes.

En constituant un pont entre le cénobisme (c'est-à-dire une communauté de moines et soeurs qui vivent ensemble), et l'eremitisme, le skite était au début de la chrétienté un des modèles de vie monastique plus répandu.

Aux premiers siècles de l'ère chrétienne, les hommes et les femmes qui aspiraient à devenir ermites ou anachorètes devaient en effet être envoyés en premiers lieu dans un skite afin qu'il recoîvent la préparation la plus juste à la vie en complète solitude.

Si cette institution est totalement tombée en désuétude depuis le Moyen Âge dans le Christianisme occidental, il reste par contre très vivace aujourd'hui dans la tradition orthodoxe et uniate


Kafsokalyvia
Lakkoskete (Lacu, Sfântul Dumitru - Roumain)
Nouvelle Skite
Prodromos (Prodromu, Sfântul Ioan Botezătorul - Roumain)
Provata
Skite Sainte Anne
Skite Saint Basile
Skite de Iviron
Skite de Koutloumousiou
Skite de Pantokratoros
Skite de Vatopedi
Skite de Xenophontos
Skite Saint André connu aussi sous le nom de : Saray

 

Monastère d'Aghiou Pavlou

 


 

Altitude

2 033 m

Latitude
Longitude

40° 9′ 29″ Nord
24° 19′ 49″ Est / 40.15806, 24.33028
 

Pays

Grèce

 

De Wikipédia et Aristotle University